Congrès international des coopératives IGT 2016

Lucerne, 14 – 16.09.2016
Le Congrès international des coopératives IGT 2016 s’est déroulé en septembre 2016 à Lucerne. Pendant trois jours, un millier de participantes et participants provenant de l’économie et de la société coopérative, ainsi que de la politique, ont débattu, au cours de 60 séances avec 170 conférenciers, de questions d’actualité concernant l’identité et la croissance des entreprises coopératives.

Les coopératives garantissent une gestion durable et la création de places de travail intéressantes. L’avenir leur appartient. Telle est la conclusion du Congrès international des coopératives (IGT) 2016 du 14 au 16 septembre 2016 à Lucerne.

Plus de mille participantes et participants, dont une centaine de chercheurs de 21 pays, ont abordé pendant trois jours à Lucerne à l’IGT des questions au sujet du système coopératif. Le conseiller fédéral Ueli Maurer a démontré lors de son discours inaugural qu’il est acquis à l’idée de la coopérative. « C’est un modèle idéal pour l’économie et pour l’État », a-t-il plaidé. « Notre société a de l’avenir si elle vit les valeurs fondamentales de la coopérative, si nous résolvons nos problèmes nous-mêmes et ensemble. »

Franco Taisch, professeur ordinaire de droit économique à l’université de Lucerne est aussi certain « que les coopératives sont une alternative durable à la maximisation des gains unidimensionnelle, au profit d’un seul groupe d’interlocuteurs, les sociétaires investisseurs. Pour résoudre les problèmes et les défis d’aujourd’hui, la coopérative, avec sa structure démocratique, son interdiction de la maximisation unilatérale des dividendes et son caractère de moteur de l’innovation à ancrage local, offre des possibilités de maîtriser les défis que nous affrontons. L’économie participative a de l’avenir. »

Werner Beyer, président de la Communauté d’intérêt d’Entreprises coopératives (CIEC) s’engage pour renforcer les coopératives. « Cinq entreprises suisses organisées juridiquement sous forme de coopératives ont fondé la CIEC en 2010. Un objectif important est de renforcer à nouveau les idées et les caractéristiques de la coopérative dans les activités entrepreneuriales des habitants de notre pays. »

L’idée de la coopérative demeure fortement ancrée au sein de la population suisse. Selon un sondage représentatif, 91 % de la population associe au terme « coopérative » des connotations positives. Cependant, le congrès a permis de constater que la perception publique des coopératives est bien inférieure à leur importance économique et sociale au niveau mondial. Et ce, malgré le fait que 800 millions de personnes dans plus de cent pays soient membres de coopératives et que ces dernières se trouvent dans presque tous les domaines de la vie.

Retour à l`aperçu